Les fusillades du Champ des Martyrs, mémoire rédigé en 1816 par S.-J. GRUGET

Histoire et martyrologe d'un des hauts lieux de la Terreur en Anjou, le Champ des Martyrs d'Avrillé.

 

Les fusillades du Champ des Martyrs, mémoire rédigé en 1816 par S.-J. GRUGET

15,00 €Prix
  • Plus d'un millier de pri­sonniers furent exécutés

    En complément aux Mémoires de l'abbé Gruget, cet ouvrage du même auteur se concentre sur un des hauts lieux de la Terreur en Anjou, le Champ des Martyrs d'Avrillé. C'est ici, aux abords d'Angers, que plus d'un millier de pri­sonniers furent exécutés. L'abbé Gruget compte huit fusillades du 12 janvier au 10 février 1794, auxquelles il ajoute une neuvième exécution de cent prisonniers, le 15 avril 1794.

    Le texte, reproduit en intégralité, est accompagné par les listes des victimes identifiées, classées chronologiquement. La plupart des noms cités sont suivis d'indications de l'âge, de l'origine et de la profession.

  • L'auteur

    Né à Beaupréau, au nord de Cholet, le 14 avril 1751, Simon Gruget fut nommé vicaire à Angers le 23 septembre 1775, puis reçut le 26 avril 1784 la cure de la Trinité qu'il administra jusqu'à sa mort. Quoiqu'elle fût la plus pauvre de la ville, cette paroisse devait à l'abbaye du Ronceray toute proche, refuge des grandes familles, d'être devenue comme le rendez-vous de la noblesse angevine. Réfractaire au serment constitutionnel, l'abbé Gruget ne quitta pas sa ville et trouva dans ces maisons dévouées, des asiles que le péril lui faisait chaque jour échanger, sûr d'être partout pieusement accueilli. Son ministère clandestin lui permit de tenir un journal des événements locaux. Il a ainsi raconté, caché sur la place du Ralliement, en face de l'échafaud, quelles angoisses il éprouvait à chaque tête d'ami qu'il voyait tomber, et comment, entrouvrant une petite lucarne, il étendait les mains pour bénir et pour absoudre.

    A la réouverture des églises, il reprit ses fonctions publiques qu'il n'avait jamais délaissées, et s'appliqua avec un zèle tout particulier à la fondation d'écoles. Il mourut dans sa cure, le 21janvier 1840, à l'âge de 89 ans. Son cœur repose dans son église sous un petit monument, et une rue voisine, anciennement des Fossés, a prit le nom de rue Gruget.

  • Caractéristiques

    Les fusillades du Champ des Martyrs, mémoire rédigé en 1816

     

    Simon-Jean GRUGET

     

    Réimpression de l'édition de 1893

    132 pages, 14.5 x 20.5